Durant ces dernières années, les traitements du Myélome Multiple (MM) ont évolué considérablement et ont amélioré significativement le taux de réponse et la survie des patients. En particulier, l’obtention d’une maladie résiduelle (MRD) négative est un puissant facteur pronostique dans le MM associé à une survie significativement plus longue. Aujourd’hui, le suivi de la maladie résiduelle est inclus dans les critères de réponse de l’IMWG, représente un solide facteur pronostique et peut être utilisé pour guider les traitements.